Aurore et Duel par Mellano - Article de Asma Drissi (la Presse)

Publié le par cinefils

Jeudi et vendredi derniers, «cinéfils» nous a offert un moment de cinéma avec deux ciné- concerts à El Teatro et avec le soutien de l’Institut français de coopération.  L’aurore de Friedrich Murnau, et Duel de Steven Spielberg ont été revus par la musique — en direct et sur scène — d’Olivier Mellano, violoniste de formation et guitariste autodidacte, compositeur, arrangeur et auteur de plusieurs bandes-sons de spectacles et de films.
Olivier Mellano
Cette expérience consiste en un jeu d’improvisation musicale, une manière de réécrire ces deux œuvres avec des sonorités rock et électro.
Olivier Mellano, muni d’une seule guitare et de quelques pédales d’effets  sonores, nous a fait redécouvrir les images de chef-d’œuvres du cinéma.
L’aurore de Murnau, film muet de 1927, que nous avons l’habitude de voir avec un accompagnement au piano, s’est vu transformé avec cette musique contemporaine qui a épousé, à  sa manière, le rythme du film.  Les  notes de Mellano ne s’arrêtent pas au simple commentaire des images mais leur insuffle une charge nouvelle et une telle modernité qui ne dénaturent  pas la force cinématographique du film.
L’Aurore de Murnau
L’Aurore de Murnau, un film qui s’apprête déjà à ce genre d’expérience, comme tous les films muets (sans paroles ni bruitages) fait appel à la musique pour soutenir l’action et surtout les émotions. La guitare de Mellano se substitue au piano habituel; impressionniste, elle s’inspire des images pour souligner les rebondissements de l’action, les moments d’angoisse et de suspens et réaliste quand elle imite les bruitages et les effets sonores  (klaxons, trains…).
Pour Duel de Spielberg réalisé en 1971, donc forcément parlant, est une course-poursuite entre un camion citerne et David Mann qui traverse la Californie en voiture. Le film en lui-même est basé essentiellement sur l’action plus que sur la parole, un parti pris qui se prête bien à ce genre d’epérience. Il offre un matériau riche en rebondissement et en tension. La musique de Mellano s’approprie l’œuvre et la réécrit à sa manière en éliminant toute la bande sonore originale.
Duel de Spielberg

Cette démarche énergique nous renvoie une nouvelle version émotionnelle plutôt rock qui amplifie le suspense et l’étrangeté du film.
Ciné-concert avec Olivier Mellano, est une preuve de plus du rôle que peut jouer la musique au cinéma. Une musique narrative et informative qui intervient pour souligner l’action, et émotionnelle qui charge l’image en tension et en suspense. L’expérience de Mellano nous prouve aussi que le cinéma,  qu’il soit muet ou parlant, trouve dans la musique une caisse de résonance qui nous réserve plein de surprises. Le cinéma s’adapte à tous les genres musicaux, du classique à la pop, au  rock et même l’électro. L’essentiel est de bien s’imprégner de l’œuvre cinématographique et de laisser libre cours à sa créativité.

Asma DRISSI

Paru dans l'édition du dimanche 14 décembre 2008

Publié dans Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article