Cinéastes du 21ème siècle - Les films d'aujourd'hui : TWENTYNINE PALMS & THE BROWN BUNNY

Publié le par cinefils



Théâtre d’art Ben Abdallah : 06. Impasse Ben Abdallah. Tourbet El Bey. La Médina. Tunis.



ENTREE GRATUITE & BIENVENUE
PROJECTIONS SUIVIES DE DEBAT


Si vous ne connaissez pas l’espace Ben Abdallah voici deux solutions :

-1) Consultez ce plan d’accès en ligne clair et pratique http://www.theatre-dart-benabdallah.com/theatre_art_tunisie_plan%20d%27acces.htm

-2) Rendez-vous à Beb Bhar (Porte de France) une demi-heure avant chaque projection, un membre de Cinéfils vous y accompagnera.





VENDREDI 13


A 14H30

TWENTYNINE PALMS - Bruno DUMONT

(France / Etats-Unis – 1h55 – 2006)


Première - Olivier de Bruyn

Sur ce coup plus fils spirituel d'Antonioni que de Bresson, son maître de toujours, Bruno Dumont délivre un objet d'une incroyable et choquante beauté.

Cahiers du Cinéma - Jean-Michel Frodon

Mais la réussite paradoxale de ce film ultrapessimiste à la lucidité acérée, affûté par son refus radical de réconciliation, est alors de longtemps advenue. Elle s'est jouée dans tout ce qui sollicite en chacun ses propres interrogations, (...) dans un cri -celui de la jouissance comme de la douleur.

Le Monde - Jacques Mandelbaum

En rendant l'existence du mal à ce point inconsommable et inassignable, en désignant la prétention à l'intégrité comme sa meilleure propagatrice dans la société des hommes, le film de Bruno Dumont est assurément une pierre posée dans le jardin de l'Amérique, et invite à être vu de manière plus politique que ne le laissent supposer ses apparences.


A 17H

THE BROWN BUNNY - Vincent GALLO

(Etats-Unis – 1h30 – 2004)


aVoir-aLire.com - Romain Le Vern

Ce film poignant sur la panne des êtres autopsie le spleen dans ce qu'il a de plus terriblement universel. Cet élixir, précieux à une heure de standardisation extrême, agit comme un poison doucereux. Plus on y repense, plus il prend de la valeur.

Première - Nicolas Schaller

A force de franchise radicale (masturbation nombriliste, diront certains) ce poème intime, bercé par de splendides chansons folk, se mue en un voyage hypnotique et poignant dans la peau d'un artiste hors norme. Seul contre tous.

Libération - Philippe Azoury

D'un niveau planant jamais démenti, stratosphérique tout le temps, d'un désespoir et d'une violence intime dépassant la raison, fou de solitude et amer, fier autant que minable, l'opus Gallo ne touche jamais terre.

Publié dans Programmation

Commenter cet article