WESTERN : Multiplicité d’un genre (Cycle mars – Présentation & Programmation)

Publié le par cinefils


 

 

Western : nous savons tous ce que signifie ce terme. Mais connaissons-nous vraiment ce genre cinématographique ? Son évolution, ses mutations, sa multiplicité ? Mis à part quelques films de Sergio Leone que nous voyons tous les ans à la télévision, que savons-nous, qu’avons-nous vus de la somme immense de westerns produits ?

 

Bien que né et profondément façonné par la géographie de l’Ouest américain, le Western deviendra très vite la mythologie moderne d’une super puissance naissante.

Mythologie car elle sublime d’une part la geste collective de la conquête de l’Ouest en en faisant un modèle constitutif de la nation. Mythologie car au sein même de cette sublimation, le dénie du génocide du peuple indien en tant qu’habitant naturel et légitime de ces terres y est aussi constitutif d’un refoulé national.

Il est intéressant de noter à ce propos, que la fin du Western en tant que genre coïncide avec l’affirmation progressive dans les films des torts commis envers les indiens ainsi que celles envers le Mexique, comme un écho au sein du Western des luttes politiques et la contestation de la guerre du Vietnam pendant les années 60 – 70.

 

Ainsi voir des westerns aujourd’hui est d’une certaine manière comprendre ce qu’est l’Amérique, ou plutôt comprendre rétrospectivement l’évolution de l’idée qu’elle s’est faite d’elle-même à travers le 20ème siècle et celle du regard qu’elle a jeté sur sa propre histoire à travers le médium cinéma.

Dans cette perspective, nous avons voulut notre sélection des films aussi éclectique que possible, en commençant le cycle par un grand classique « tardif » puis en le mettant en perspective par 3 grandes œuvres, chacune transgressant le genre.

 

Mardi 4 mars 2008 à 18h30

 

LA PRISONNIERE DU DESERT
de John FORD

(1956 - 2h)

Avec John WAYNE

Mardi 11 mars 2008 à 18h30


LA HORDE SAUVAGE
de Sam PECKINPAH

(1969 - 2h15)

Avec William HOLDEN

 

Mardi 18 mars 2008 à 18h30


LITTLE BIG MAN
de Arthur PENN

(1970 - 2h20)

Avec Dustin HOFFMAN

Mardi 25 mars 2008 à 18h30:


DEAD MAN
de Jim JARMUSCH

(1995 - 2h15)

Avec Jonny DEPP

 

 

40 ans séparant donc notre premier et notre quatrième film : l’un étant un sommet du Western par un maître incontesté, l’autre une relecture décalée à un moment où le genre n’existe plus en tant que telle depuis plus d’une décennie déjà.

Aussi, par des choix diversifiés de formes et de contenus, de sujets et de traitements, nous espérons de cette façon lever des idées reçues qui peuvent être liées au Western, à savoir entre autres celle que tous ses films se ressemblent et que quand on en a vu un, on les a tous vu. Rien n’étant plus faux à nos yeux, l’évolution du genre témoignant d’une complexité et d’une multiplicité qui n’ont d’égal que la diversité et les contradictions de l’Amérique elle-même.

 

Ce cycle est proposé en partenariat avec l’Association Tunisienne pour la Promotion de la Critique Cinématographique, que nous remercions chaleureusement pour son concours.

Nous vous rappelons pour finir que comme à notre habitude, chaque long métrage est précédé par un court proposé par La Maison du Court et du Doc (Association du court métrage et du documentaire). La sélection de ce mois étant la suivante (dans l’ordre de projection) :

 

Et on a remonté la pente (19min, 2007)
de Faouzi Chalbi

 

Contretemps (11min, 2006)
de Amine Chiboub

 

Comme un air (9min, 2006)
de Yohann Gloaguen

 

Le pâtre des étoiles  (22min, 2004)
de Mourad Ben Cheikh

 

Par ailleurs, pendant le mois de mars, deux évènements exceptionnels viendront émailler notre activité hebdomadaire du mardi, évènements dont nous vous parlerons plus longuement très bientôt.

Quant au mois de d’avril, il sera consacré à un cycle intitulé : Cinéma abstrait : Paradoxes et plasticités.

 



Publié dans Présentation

Commenter cet article